Comment acheter un cheval de course : les critères à surveiller !

Acheter un cheval de course

Acheter un cheval de course est un réel investissement si l’acquéreur est connaisseur ou dispose de conseils nécessaires pour l’exploitation. Plusieurs sont les informations à collecter avant de se lancer dans le secteur, mais avant tout, il faudrait être un passionné de cheval.

 

Acheter un cheval de course : quelle race choisir ?

 

Ce qu’il faut savoir, d’une manière générale, c’est la race, l’âge, l’historique et le palmarès. Il faut également connaître des bons entraîneurs, des clubs ou « écuries » pour se mettre à l’aise tout au long des éventuelles compétitions à affronter, et non moins pour connaître les grandes familles, partenaires et adversaires à qui il faut prendre des mesures particulières.

En effet, avant d’acheter un cheval de course, il faut savoir discerner la race. Ce qui n’est pas aisé pour les novices.

 

Les plus belles races de cheval de course

– Il existe le Pur-sang Anglais classé comme race internationale alliant la beauté et les exploits sportifs, y compris les aptitudes à la vitesse.

– Il y a aussi l’AQPS qui signifie « Autres Que de Pur Sang » qui a rassemblé 2 catégories de chevaux  dont les chevaux de selle français et le anglo-arabe qui sont choisis notamment pour la course, quoiqu’ils sont moins rapides que les pur-sang.

 

Recourir aux « Stud-book » et autres documents officiels

Pour ne pas tomber dans l’erreur de choix, il est absolument nécessaire de consulter le « Stud-book » dont toutes les grandes nations hippiques en disposent et chaque cheval de course doit être inscrit dedans pour être autorisé à une compétition publique. Le Stud-book est la meilleure source d’information avant d’acheter un cheval de course.

Pour les spécialistes, il faut aussi exiger le« Pedigree » qui affiche l’arbre généalogique de chaque cheval. Outre le palmarès, si le cheval a déjà participé à des compétitions, les informations dans le « Pedigree »  peuvent montrer son  prix de vente.  En tout cas, le cheval de course à acheter doit posséder un livret signalétique qui lui sert de carte d’identité et en même temps de carnet de santé.

Dans certains pays et pour certaines fédérations, le livret signalétique est complété par une puce nommée transpondeur qui est posée avant toute participation à une course. Plusieurs sont les informations à savoir, la liste n’est pas close.

Acheter un trotteur

Parlons maintenant de cheval à vendre pas cher, plus précisément un trotteur. Il faut se référer à l’adage « rares sont les meilleurs à bon marché », mais il existe toujours des chanceux qui dénigrent cette expression. Les trotteurs ou bien les chevaux qui disputent des courses au trot,  malgré l’existence de différentes races, présentent des caractéristiques communes dont un longiligne solide, l’apparence rustique mais robuste.

En général, le trotteur est moins élégant qu’un cheval galopeur. Il existe quatre classes d’âge, dont

– le foal pour les plus jeunes,

– le yearling pour ceux qui se trouvent entre le 1er janvier suivant sa naissance et le 31/12 suivant,

– le poulain ou pouliche pour ceux qui sont âgés entre 2 et 4 ans inclus,

– ceux qui sont au-delà de 4 ans sont appelés Hongre ou jument.

https://youtu.be/LAEi9XfnMls

 

Pourquoi un trotteur en parts ?

Il faut dire que le prix d’un trotteur suit parfois les lois d’un marché spécifique. Toutes les références susmentionnées sont évoquées. Cependant, il faudrait prendre quelques dispositions avant d’acheter un trotteur en parts entre autres : aller voir directement un éleveur ou un entraîneur, assister une vente aux enchères ou suivre une course « à réclamer ».

Ceux qui se passionnent  du trot, mais ne disposent pas assez de fonds pour acheter un trotteur de qualité et maintes fois qualifié, il leur est possible d’acquérir un certain pourcentage du cheval de son choix. Par exemple le passionné achète le trotteur en parts à 10 %.

Il peut suivre son cheval courir soit sur la TV soit il vient directement à l’hippodrome. En tout cas, les gains de courses sont exonérés d’impôts. Il faut d’abord commencer par gagner la course !

Auteur de l’article : La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *