Prix immobilier vont-ils continuer à baisser ?

prix immobilier

En 2011, les prix de l’immobilier ancien ont atteint des niveaux record. Certes, ce prix reste élevé par rapport aux revenus des ménages dans les zones tendues, mais ils ont généralement baissé de 2,2% en 2014. D’après les réseaux d’agents immobiliers, les prix restent en baisse entre les six premiers mois de l’année 2015 et ceux de l’année de l’année 2014 : Century annonce une baisse de 2,6%, Guy Hoquet constate une réduction de 2,1% et Laforet rapporte un rabais de 2,3%.

 

Jusqu’à quand l’evolution prix immobilier va-t-elle baisser ?

 

Ces tendances baissières des prix immobilier devraient se poursuivre en théorie, tant la hausse fut dissociée des revenus des ménages durant les années 2000. Selon les analystes du Crédit Agricole, à ce rythme de baisse et en supposant que les taux d’intérêt des prêts immobiliers restent à leurs niveaux actuels, les ménages doivent attendre encore jusqu’à 2017 voire 2018 pour qu’ils puissent revenir au même niveau de capacité d’investissement immobilier qu’en 1998.

Cependant, sur le terrain, on constate une hausse des prix ! En effet, on a remarqué que la baisse de l’evolution prix immobilier s’est ralentie durant les six premiers mois de cette année. On constate même une augmentation de 1,8% sur les six derniers mois, selon le réseau Century 21. Selon leur rapport à fin 2014, 7 régions, à savoir Aquitaine, Alsace, Centre, Bourgogne, Poitou-Charentes, Pays-de-la-Loire et Provence-Alpes-Côte-D’azur ont vu leur prix augmenter début 2015, contre seulement 4 sur une année.

En matière de transactions immobilières, toutes ces régions sont très dynamiques. En effet, on constate un retour de certains acheteurs sur le premier semestre 2015. Selon Laurent Vimont, ces acheteurs sont ceux qui avaient reporté leur projet, et qui constatent aujourd’hui que la conjoncture est à nouveau avantageuse.

 

Y-a-t-il un risque de hausse des taux ?

 

Au cours du premier semestre 2015, les prix repartent à la hausse. L’offre des biens sur le marché se raréfie à cause de la hausse du nombre de transaction tandis que l’augmentation de la demande a un impact sur les prix de l immobilier. En effet, dans certains territoires, la diminution progressive des prix ces dernières années ainsi que la baisse historique des taux de prêts immobiliers nominaux expliquent le saut des transactions et la pression à la hausse sur les prix de l’immobilier ancien et neuf. Est-ce que cette tendance va être provisoire ou bien va-t-elle se poursuivre, marquant ainsi un point d’inflexion pour cette année 2015 ?

Les prix vont probablement rester à la hausse, toutefois l’environnement international, en particulier la crise en Grèce, pourrait influencer le niveau des taux d’intérêt qui pourraient, en effet, repartir à la hausse. Si tel est le cas, ceci aurait deux résultats : saisir le marché d’une part, et décroître significativement les prix immobilier, d’autre part.

Pour ainsi dire, selon toujours Laurent Vimont, une augmentation de 1% des taux d’intérêt des credits immobiliers peuvent engendrer une baisse des prix de 10% à 15%. En somme, il est préférable d’attendre un peu afin de se réjouir de la hausse des transactions dans l’ancien. Le mieux c’est encre de rester prudent.

Auteur de l’article : La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *